Blog Cdiet

Améliorer la détection de la dénutrition en EHPAD

Personne âgées assiste sur un banc en EHPAD

La dénutrition est un fléau pour les personnes âgées qui, une fois la dénutrition installée, entrent dans ce qu’on appelle la spirale de la dénutrition. Il est donc primordial de détecter la dénutrition le plus rapidement possible, chose qui est possible dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) à l’entrée du résident. Il existe plusieurs critères selon la HAS permettant de détecter la dénutrition, ce sont ces critères là qu’il faut identifier pour chaque résident afin de détecter systématiquement les résidents dénutris. Un suivi de ces critères est également souhaitable afin de s’assurer que le résident ne soit pas dénutri après son entrée.

Détection de la dénutrition par les données morphologiques : l’IMC

L’indice de masse corporelle (IMC) reflète l’état morphologique du résident. L’IMC est le résultat du poids (en kg) divisé par la taille (en mètre) au carré. Pour une personne âgée de plus de 70 ans, un IMC < 21 est signe de dénutrition modérée et un IMC < 18 est signe de dénutrition sévère. Il faut toutefois modérer ce résultat car un résident dont le poids de forme (poids qu’il fait depuis plusieurs années) correspond à un IMC < 21 peut ne pas être dénutri. Il faudra alors surveiller ses consommations alimentaires et les marqueurs biologiques afin de confirmer la dénutrition. On recherche ce critère à l’entrée du bénéficiaire puis tous les mois avec la valeur du poids mise à jour.

Détection de la dénutrition par les données morphologiques : la perte de poids

La perte de poids est un marqueur flagrant de dénutrition. On considère qu’une perte de poids supérieure ou égale à 5% en 1 mois ou de 10% en 6 mois reflète une dénutrition modérée et une perte de poids supérieure ou égale à 10% en 1 mois ou de 15% en 6 mois est signe de dénutrition sévère. Dans ce cas il faut rapidement mettre en place une prise en charge nutritionnelle afin de stabiliser le poids. On recherche ce critère à partir du 1er mois après l’entrée du bénéficiaire dans l’établissement puis tous les mois. 

Détection de la dénutrition par les données biologiques : l’albuminémie

L’albuminémie permet de doser l’albumine, qui est une protéine, dans le sang. Une valeur inférieure à 35g/L indique une baisse des protéines qui peut être un signe de dénutrition. Cette baisse peut également provenir d’une inflammation, on dosera alors en parallèle la CRP qui est un indicateur d’inflammation. Dans les deux cas il est important de prendre en charge le résident afin de lui apporter suffisamment de protéines en amont et éviter la dénutrition. On recherche ce critère à l’entrée du résident puis il doit être mis à jour,tous les 3 mois par exemple.

Détection de la dénutrition par questionnaires : le Mini Nutritional Assessment

Le Mini Nutritional Assessment (MNA) est un questionnaire de référence pour le dépistage de la dénutrition développé par Nestlé®. On y retrouvera des questions sur la mobilité, l’état psychologique, les habitudes alimentaires du résident ainsi que sur son historique du poids. Dans sa version complète il y a également certaines mesures supplémentaires. En fonction de son score, le résident se voit attribuer un état nutritionnel parmi état nutritionnel normal, risque de dénutrition ou mauvais état nutritionnel. Ce formulaire peut ne pas être réalisable dans certains cas, notamment si le résident est dément et qu’il n’y a pas d’accompagnant pouvant apporter les réponses (sur la perte de poids avant son entrée par exemple). On recherche ce critère à l’entrée du résident puis il doit être mis à jour,tous les 3 mois par exemple.

On recherche ce critère à l’entrée du résident puis il doit être mis à jour,tous les 3 mois par exemple.

Pour découvrir d’autres solutions de détection de la dénutrition pour les EHPAD consultez la solution CDIET