Blog Cdiet

Comment favoriser la bonne alimentation d’une personne âgée?

L’alimentation tient une place prépondérante dans la santé de l’être humain. Le fait de bien manger contribue à mettre les chances de son côté et à vieillir correctement. Néanmoins, les problèmes de santé qui apparaissent avec le temps ne doivent pas venir altérer le mode d’alimentation de la personne âgée.

Observer attentivement l’état de santé général de la personne âgée

En tant que personnel aidant à domicile, vous devez être attentif à l’état de santé global des personnes dont vous vous occupez. Vous êtes les garants de leur santé puisque vous les voyez très régulièrement. Ainsi, au moindre changement soudain ou anormal, vous devez en informer le médecin si la personne âgée se braque et refuse d’admettre que quelque chose ne va pas. Selon le ministère de la Santé, 4 points sont à surveiller de près : le poids, l’alimentation, l’hydratation et le niveau d’activité. La variation de poids chez une personne âgée doit vous alerter, le but à terme étant d’éviter à tout prix la dénutrition. Il s’agit d’un état dans lequel se trouve l’organisme, qui est en déséquilibre nutritionnel. Ainsi, la personne âgée ne mange pas assez pour couvrir ses besoins journaliers. Si rien n’est fait, cette dernière aura un système immunitaire plus vulnérable et pourra même être sujette à la dépression. Il convient donc également de surveiller que le senior boit en quantité suffisante et qu’il bouge suffisamment, selon ses capacités, au quotidien.

Préserver l’autonomie du senior

Une personne âgée peut vite devenir dépendante des personnels soignants si celle-ci souffre d’une maladie chronique par exemple. Pour autant, il est important de comprendre qu’une alimentation équilibrée permet d’éviter des complications graves des maladies déjà déclarées. Il est donc essentiel de placer les repas au centre de l’aide apportée par les professionnels. Manger ne doit pas être perçu comme une contrainte, mais comme un moment agréable. Le nombre de repas recommandés dans la journée s’élève à trois minimum. L’idéal étant d’impliquer le plus possible la personne âgée dans la conception de ses repas. Elle doit pouvoir exprimer ses préférences. Établissez les menus ensemble, faites-lui découvrir de nouveaux aliments, de nouveaux plats. La convivialité peut être au rendez-vous si le personnel aidant et la personne âgée cuisinent ensemble. Cela permet de partager des souvenirs, des conseils de cuisine et de stimuler l’appétit ! Le senior continue de se prendre en main et se fait plaisir en cuisinant des plats qu’il aime.

Favoriser une bonne alimentation de la personne âgée : si le manque d’appétit se fait ressentir…

Il arrive parfois qu’une personne âgée exprime son manque d’appétit malgré le fait qu’il soit l’heure de prendre son repas. Tout d’abord, cela peut-être normal : le corps se dépense moins, l’âge avancé amène avec lui un effet de rassasiement certain. Néanmoins, ce ressenti ne doit en aucun cas justifier une diminution de la prise des repas ou une baisse de quantité de nourriture trop importante. Les besoins alimentaires de la personne âgée sont les mêmes que pour les personnes plus jeunes. Il faut alors l’encourager et prendre en considération ses goûts et ses exigences. Surveillez les effets secondaires de certains médicaments, qui peuvent modifier l’appétit.
Selon Santé Publique France, dans tous les cas, si rien n’est alarmant, il faut « enrichir » les repas quand ceux-ci sont beaucoup trop légers. Vous pouvez proposer du fromage rapé, de la crème ou des œufs par exemple, à intégrer dans des plats.
En tant que personnel aidant, vous devez pouvoir déterminer les portions qu’un senior doit prendre par jour pour que cela couvre ses besoins nutritionnels. Si rien ne fonctionne ou que vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à en parler au médecin traitant.

L'équipe CDIET

L’équipe CDIET regroupe des experts en diététique, gériatrie et télémédecine. Découvrez les conseils pour améliorer la nutrition personnes âgées dépendantes.